Le référencement sur Google ne fait pas tout.

Le référencement n’est pas une fin en soi, mais juste un des nombreux moyens d’atteindre ses objectifs sur le web.

Vous avez dit référencement?

En effet, être bien positionné sur les moteurs de recherche par rapport à une ou plusieurs requête(s) bien précise(s) ne vous garantira en rien de convertir et encore moins d’atteindre vos objectifs finaux.

Choix des expressions ou mots clés à travailler

Pour commencer, il est extrêmement important de veiller à bien choisir les expressions et/ou mots clés à travailler pour le référencement de votre site web, car cela vous fera une belle jambe d’être premier sur une requête qui ne vous correspond pas précisément.

En effet, à quoi bon être bien positionné sur la requête « maison à louer » pour un agent immobilier qui ne fait que de la vente?

Il ne faut pas se tromper de cible.

A quoi bon l’être sur « agent immobilier » pour un professionnel de la cession de fonds de commerce, en sachant que les internautes qui feront cette recherche s’attendent pour la plupart à trouver un agent immobilier pour acheter ou vendre leur résidence principale, voire secondaire?

Dans ce dernier exemple, très peu d’internautes feront en réalité cette recherche dans l’espoir de trouver un spécialiste de la cession de fonds de commerce, alors cette requête se révèle être un mauvais choix pour le professionnel qui ne fait exclusivement que ce type d’activité.

Je reçois également régulièrement des demandes pour le positionnement de sites spécialisés et/ou à rayon d’action très court sur des requêtes généralistes (exemple: fleurs Paris pour un fleuriste de quartier ou salon de coiffure), mais à quoi bon?

Pourquoi vouloir à tout prix faire du généraliste alors que seule une requête précise et bien choisie vous sera utile?

En effet, si vous êtes en déplacement ou en vacances à Reims et que vous souhaitez acheter un bouquet de fleurs pour Françoise qui vous a gentiment invité à venir prendre l’apéritif dans sa maison de campagne qui se trouve à Juniville, non loin de Rethel, vous n’allez pas taper la requête « fleuriste » ou « fleur » dans votre moteur de recherche préféré, mais plutôt « fleuriste Juniville », « fleuriste Rethel » ou encore « fleuriste + quartier de Reims dans lequel vous séjournez », vous ne pensez pas?

Comprenez-vous ce que j’essaie de vous expliquer?

Le référencement sur Google ne fait pas tout.

Il faut absolument choisir les expressions ou mots clés à travailler en fonction de vos objectifs finaux et surtout de votre marché réel, car il est absolument inutile de dépenser de l’argent à travailler des expressions qui ne vous serviront jamais à convertir.

Le boulanger de quartier de Charleville-Mézières n’ira jamais faire de la publicité dans un journal national ou distribuer des tracts/flyers sur Sedan, Reims ou Epernay, alors cela s’applique également à la promotion de son site web et à son référencement.

Logique, non?

Nous sommes donc d’accord pour dire qu’un référencement mal orienté se traduit par un positionnement dans le vide, qui ne sert à pas grand chose, si ce n’est à remplir les poches de votre référenceur.

Donner envie aux internautes

Ensuite, admettons que vous avez choisi les bonnes expressions clés pour atteindre vos objectifs, celles qui vous garantiront un trafic judicieusement ciblé, voire qualifié et que vous avez fait le nécessaire pour figurer en bonne position par rapport à ces requêtes sur les principaux moteurs de recherche, encore faut-il que votre public cible clique sur votre lien plutôt que sur celui du voisin.

En effet, être en pôle position vous avantage certes, mais si la description qui apparaît sous votre lien dans les résultats des moteurs de recherche ne donne pas envie, il n’est pas certain que les internautes vont cliquer prioritairement sur votre lien plutôt que sur celui du voisin dont la description sera bien étudiée!

C’est pour cela que je conseille toujours, je dis bien toujours, de rédiger vos méta-descriptions en direction de votre public cible et uniquement lui.

 

Le reste, on s’en moque éperdument, c’est de la pure littérature, voire même de la masturbation intellectuelle, excusez-moi (pour) l’expression.

Contrairement à ce que beaucoup tentent de vous faire gober, les méta-descriptions ne sont pas faites pour séduire les moteurs de recherche.

D’ailleurs, méfiez-vous si vous rédigez les vôtres en pensant référencement, c’est-à-dire en espérant appâter Google, Bing, …etc… et autre Qwant: cela pourrait justement vous valoir un jour un déclassement, voire une pénalisation pour tentative de manipulation et/ou manque d’intérêt de votre contenu.

Utiliser de belles illustrations pour son site web

Alors, faites-moi plaisir: soignez vos méta-descriptions et rédigez-les comme vous rédigeriez la phrase d’accroche d’un tract publicitaire.

Donnez l’eau à la bouche aux internautes, mais attention: ne leur mentez pas et surtout ne leur promettez pas ce que vous ne pourrez pas leur apporter.

Cela aurait certes pour effet de vous apporter quantité de visites, mais celles-ci seraient vaines puisque l’internaute déçu que vous ne teniez pas votre promesse s’en ira voguer chez vos concurrents, certes plus humbles, mais au combien honnêtes et responsables!

Il faut donc savoir appâter le chaland sans l’embobiner, car souvenez-vous que le plus important est d’atteindre votre objectif final, et non d’être en première place sur les moteurs de recherche ou de drainer le trafic le plus important.

Avoir le bon support pour convertir

Maintenant que j’ai bien insisté sur l’extrême importance du choix des expressions et/ou mots clés, puis  de la nécessité à bien rédiger ses méta-descriptions pour attirer votre cible, je vais vous ennuyer avec votre support de conversion!

En effet, dans le dernier article que je vous ai proposé, je vous disais à quel point l’apparence de votre site web était importante pour atteindre vos objectifs.

Admettons que vous avez bien sélectionné vos mots clés à travailler, que votre travail ou celui de votre chargé de référencement a porté ses fruits (votre site est bien positionné sur vos requêtes phares), puis vos méta-descriptions sont bien étudiées et donc elles convertissent, mais votre page d’atterrissage est une véritable horreur, elle ne répond pas à l’attente des visiteurs ou pire, ce n’est pas la bonne page: vous aurez alors fourni beaucoup d’effort et/ou dépenser d’argent pour … rien!

Je dis bien pour rien, car vous ne convertirez pas, ou très peu, et vous n’atteindrez surtout pas vos objectifs, jamais!

Cela vous fera donc une belle jambe d’être bien référencé, vous ne pensez pas?

Et ne riez pas, car vous n’imaginez pas le nombre de sites bien positionnés sur des requêtes intéressantes pour les aider à atteindre leurs objectifs, mais dont la page d’atterrissage n’est pas la bonne!

Ne croyez pas que cela n’est pas grave, bien au contraire, car l’internaute n’ira pas chercher midi à quatorze heures et il ira voir ailleurs si l’herbe n’est pas plus verte et surtout si vos concurrents ne sont pas plus sérieux que vous.

Et c’est bien dommage, puisque vous avez fourni le plus gros des efforts!

Améliorez les conversions de votre site avec de belles illustrations

Pensez donc non seulement à disposer d’un site qui donne envie ou à défaut, qui ne fait pas fuir, mais aussi à faire en sorte de diriger les internautes vers la bonne page, celle qui répondra à leurs attentes et qui les convertira définitivement pour atteindre vos objectifs.

Attention, je ne dis pas qu’il est facile de trouver tout de suite la bonne accroche.

Alors faites des tests et si votre site s’affiche en première page des moteurs de recherche sur une requête donnée et que celle-ci draine un trafic non négligeable, mais que votre lien n’est pas cliqué (ou dans un faible pourcentage), c’est que votre description est à retravailler.

Elle est à retravailler car elle ne convainc pas ou elle ne répond pas vraiment aux attentes des internautes ayant fait la recherche en question.

Il suffit parfois de pas grand chose: changer un ou deux mots ou tout simplement d’angle d’attaque.

Parfois, il se peut que votre accroche soit trop commerciale, alors humanisez-là et mettez-vous à la portée de votre cible, ne lui faites pas peur.

Mettez-vous à la place du consommateur ou mieux, faites appel à votre entourage afin qu’il vous donne ses impressions objectives sur différentes accroches que vous aurez préalablement sélectionnées avec soin.

Quand je parle d’impressions objectives, il s’agit qu’il vous dise la vérité et non qu’il cherche à vous faire faussement plaisir en vous disant que tout est parfait alors qu’il n’en est rien.

Précisez-lui bien qu’il doit être honnête avec vous, quitte à être dur, et que c’est de votre business qu’il s’agit.

Et on ne rigole pas avec le business, c’est sacré, car c’est ce qui vous fait vivre!

Donc testez plusieurs descriptions jusqu’à trouver la bonne, mais attention: faites vos tests sur des périodes assez longues pour obtenir des données suffisamment objectives et réalistes.

Pour terminer avec les méta-descriptions, gardez en tête que ce qui marche un jour ne marche pas forcément toujours, alors si vous obtenez de moins en moins de trafic vers une page, c’est parfois tout simplement parce que votre accroche ne répond plus tout-à-fait aux attentes des internautes.

Il ne faut donc pas s’endormir sur ses lauriers et savoir perpétuellement se remettre en question.

Conclusion

Comme aurait dit notre cher Lafontaine « rien ne sert de courir, il faut partir à point », sous-entendu: ne vous trompez pas de cible ou bien vous n’atteindrez jamais vos véritables objectifs.

Et pourtant, vous en dépenserez du temps et de l’énergie, mais pour rien, ou presque!

Alors faites bien les choses et évitez de vous essouffler en prenant de mauvaises directions.

Pour finir, je persiste et je signe: le référencement n’est nullement une fin en soi, c’est juste un des nombreux moyens d’atteindre vos objectifs.

Certains s’en passent très bien et nous aurons l’occasion d’aborder cela au cours d’un prochain article.

Et vous, vous en pensez quoi?

8 réactions sur “Le référencement n’est pas une fin en soi

  1. Bonjour Bruno, ce n’est pas un article mais un véritable mémo à imprimer et à relire jusqu’à ce que çà rentre dans le crane.

    J’ai juste une légère remarque sur le premier chapitre concernant les référencement locale puisqu’il s’agit de celà.
    D’après mon expérience sur un cas précis j’ai vu des gens rechercher « pizza » ou « pizzeria », preuve à l’appui sur analytics, en effet ces mots clefs représentent 30% du trafic de ce site.
    Pourquoi? A croire que google avait prévu çà ou s’en doutait a fait en sorte de mettre en avant les résultats pertinents.
    En l’occurrence quand on recherche une « pizza » ou « pizzeria » dans la commune, le premier résultat est celui de mon client dans les résultats google, ainsi que dans les adresses google (2 fois en première page), elle est pas belle la vie?
    Mais je te rejoins dans le sens où on ne va pas faire son référencement sur cet unique mot clef, c’est complètement idiot, puisqu’il y a géolocalisation. D’ailleurs çà a fait énormément de tord aux référenceurs bourrins qui voulaient se placer sur toutes les villes, enfin c’est un autre débat.
    Pour ce qui est des métas description je te rejoins pleinement ainsi que l’optimisation du processus de vente, car comme tu dis un site qui fait des visites mais qui ne convertit pas ne sert strictement à rien. A l’inverse il y a des sites qui font très peu de visites et qui convertissent comme les rois du pértole.
    .
    Un véritable plaisir à lire.

  2. 99% des arguments avancés dans cet article sont intéressants et amha viables, mais il reste 1% qui pour moi est un bon contre-exemple : ancrer son site sur des termes généralistes permet de :
    > diversifier son profil de liens
    > augmenter le champ lexical
    > améliorer la cohérence (PageRank thématique)

    Tout ça contribue à renforcer l’autorité du site dans sa catégorie. Parce que, même si « livraison de fleurs » n’a que peu de chance de positionner un site de petit artisan fleuriste sur cette requête trustée par les pure players, l’ancre s’inscrit dans une logique « normale » si cette boutique de fleurs propose effectivement de la livraison (comme 99% de la profession, j’ai des clients dans le métier).

    My 2 cents…

  3. @Eric: Merci pour tes compliments. Pour tout te dire, je n’avais pas prévu de rédiger un article aussi long, mais comme l’inspiration était là et surtout qu’elle me permettait de faire un article plus complet, il aurait été idiot de se restreindre.
    Concernant les requêtes généralistes, je veux bien te croire, mais je en suis pas persuadé que le trafic ainsi drainé apporte un taux de conversion satisfaisant.
    Or, je me permets d’insister: le plus important n’est pas d’être bien positionné ou de recevoir du trafic, mais bien de développer son chiffre d’affaires.
    Ensuite, le site de ton client apparaît dans les résultats géolocalisés car le site et son référencement ont été travaillés dans ce sens. fais un test avec un site non géolocalisé et tu verras que ce ne sera pas la même chose.

    @Julien: ne te méprends pas sur mon discours, car je ne dis nulle part qu’il ne faut pas employer de termes généralistes, je dis juste qu’il est inutile de chercher à obtenir la meilleure place possible dans les résultats des moteurs de recherche sur ces expressions, saisis-tu la nuance?
    Dans le même ordre d’idée, tu peux très bien diversifier ton profil de liens sans chercher à bien te positionner sur toutes les ancres employées.
    Mes réponses sont d’ailleurs valables pour chacun de tes arguments
    Quant au champ lexical, tu peux parfaitement le travailler et l’augmenter (il faut d’ailleurs absolument le faire) sans chercher à être bien positionné sur les termes généralistes.
    Ensuite, j’aimerais bien replacer mon discours dans son contexte originel et pour cela, il suffit de relire le titre de l’article: « le référencement n’est pas une fin en soi ».
    Le fonds de mon article n’est donc pas comment faire son référencement, mais va plutôt dans le sens de comment faire le plus de bénéfices possibles grâce à mon site internet, or être bien positionné sur « livraison de fleurs » ne fera certainement pas augmenter les bénéfices d’un fleuriste de quartier.

    J’ose espérer que mon discours sera ainsi plus claire pour tous les deux.

    Amicalement,

    Bruno

  4. Google Pigeon ne risque t’il pas de changer un peu la donne ? Quelqu’un qui va chercher « fleuriste » risque fort bien de trouver des résultats locaux ? D’ailleurs c’est déjà un peu le cas, mais je pense bien que la géolocalisation des résultats va s’intensifier ( pour le plus grand bonheur des petites entreprises locales ).

  5. Bonjour Patrice,

    Je te renvoie à la réponse que j’ai faite à Eric: encore faut-il avoir travaillé son référencement au niveau local pour bénéficier de ce que vous avancez, car si on ne fait pas le nécessaire pour géolocaliser son site alors n’apparaîtra pas dans les résultats géolocalisés.
    Je viens justement de faire le test avec la requête « restaurant » et bizarrement, les résultats de Google ne donnent absolument aucun restaurant situé à Rethel, ni même à Reims, mais uniquement des restaurants situés à Lille et dans le Nord. Or je suis basé à Rethel, dans les Ardennes et Reims (30 minutes) est bien plus proche de moi que Lille (2 heures 30 minutes).
    Pourtant, plusieurs restaurants de Rethel, pire de Reims ont un site internet, dont certains chez Pages Jaunes, ils devraient donc ressortir dans les résultats géolocalisés, tu ne crois pas?
    Il y en a même qui dépensent des fortunes dans les TripAdivisor et autres portails merdiques à la limite de l’escroquerie et pourtant, ils ne ressortent pas en première page de ma requête.
    Comprends-tu où je veux en venir?

    Amicalement,

    Bruno

  6. J’ai beaucoup de mal à définir des mots clés, pour l’instant j’ai jamais vraiment réussir à faire une liste et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Je pense qu’il me manque une ligne éditoriale claire et précise, je suis entrain de lire « Bien rédiger pour le web » de Isabelle Canivet.

  7. Salut Miryam,

    Si tu as du mal à définir tes mots ou expressions clés, je t’invite à découvrir l’article que je vais te mettre en lien ci-dessous, intitulé « Outils utiles pour débuter sereinement en référencement ».
    Tu y trouveras une présentation à la fois écrite et vidéo d’un certain nombre d’outils gratuits qui te permettront d’y voir plus clair.
    En effet, plus ta ligne éditoriale sera claire, mieux ce sera.

    Amicalement,

    Bruno

  8. Les infos présentées sont pertinentes et intéressantes. Cet article est pas mal du tout, cela permet d’y voir un peu plus clair car le sujet est finalement moins évident qu’il n’y parait.
    Valentin Pringuay

Laisser un commentaire